Ollech&Wajs OW C-1000

N’oubliez pas… tous les goûts sont dans la nature !

C’est l’histoire d’une marque horlogère qui mit un jour une petite claque à 2 monstres sacrés !
C’est l’histoire d’une marque horlogère synonyme de record, de passion et d’abnégation !
C’est l’histoire d’une marque horlogère qui mérite donc… qu’on s’y attarde un instant ! N’est-ce pas ?

Car au final, si ces quelques lignes vous permettent d’aiguiser un chouia vos connaissances horlogères, alors le but de cet humble blog aura été atteint !

Mais commençons tout d’abord par cette étonnante histoire de record et la tatouille que cette marque fondée à Zurich par 2 amis – Albert Wajs et Joseph Ollech – fin des années 50, a donc mis aux célèbres maisons Rolex et Omega.

Ou comment grâce à son modèle Caribbean 1000 (ici), cette jeune maison horlogère est devenue célèbre en 1964 (j’avais donc au final moins 7 ans) en proposant la 1ère tocante de plongée étanche à 1000 mètres et ce grâce à un boîtier Inox monobloc breveté par les établissements Jenny.

Notons tout de même que 11 ans plus tôt, Rolex et sa Submariner (ici) fut la 1ère montre étanche à 100 mètres. Depuis, les abysses n’ont cessé d’être synonymes de records. En mai 2019, une Omega Seamaster Planet Ocean Ultra Deep (ici) est descendue à 10.928 mètres, dans la fosse des Mariannes soit l’endroit le plus profond de la croûte terrestre.

Rolex et sa Deep Sea Special descendra au sein de cette même fosse en 1960 à 10.916 mètres. Quant à Bell & Ross, cette dernière a fait subir à son modèle Hydromax des tests en caisson hyperbare qui ont prouvé sa résistance à une pression de 1100 bar, soit l’équivalent d’une profondeur record de 11.100 mètres.

Mais revenons-en à notre maison zurichoise. J’ai évoqué la notion de record, passons à présent à la passion et à l’abnégation.

La passion tout d’abord, celle des fondateurs à vouloir proposer des montres mécaniques fiables et précises puisque rien ne sera laissé au hasard. Mouvements robustes : Valjoux, Dubois Dépraz, ETA. Cadrans provenant des Frères Lender du Locle, aiguilles de la maison Universo, idem pour les robustes caisses en acier inoxydable émanant de la maison Etienne.

Au fil des années, la marque gagne en notoriété ainsi que la confiance et le respect de nombreux plongeurs, pilotes et soldats du monde entier. Fin des années 60, ce ne sont pas moins de 10.000 montres qui sont produites annuellement. Malheureusement la déferlante du Quartz passera par là, une production chutant à 2.000 pièces mais fort heureusement, fidèles à leurs valeurs, les fondateurs ne tomberont pas pour autant dans la facilité … de la montre à pile !

Les années filent, la disparition d’un des 2 fondateurs poussera néanmoins son binôme à continuer l’aventure horlogère, toujours dans le même esprit OW. Il faudra ensuite attendre de longues années d’abnégation de la part d’un passionné, du nom de Charles Le Menestrel, pour qu’Albert Wajs accepte finalement en 2017 de lui transmettre sa marque, ouf l’âme de la maison est sauvegardée.

Nouvelle dynamique, nouvelles idées, nouveaux modèles dont 90% des composants utilisés sont Swiss Made, faut-il le rappeler, tout cela préserve fort heureusement l’esprit originel OW.

Et parmi ces modèles, j’opterais pour la OW C-1000 (ici) – C pour Caribbean mais chuuut on ne peut plus le dire- dont le design reflète parfaitement l’esprit de la marque… une montre outil accessible.

Une boîte de 39,56mm en acier inoxydable 316L accueillant l’indétrônable mouvement automatique ETA 2824-2, modifié pour la bonne cause et usiné OW ! Cette montre, comme son appellation l’indique, est étanche à 1000 mètres, grâce notamment, à un fond de boîte renforcé, d’un verre saphir bombé extra fort et d’une couronne vissée spéciale à 4 joints. Lunette tournante, aiguilles recouvertes bien entendu de Super-LumiNova®️, vous êtes fin prêts à vous laisser glisser religieusement, mètre après mètre, en direction des abysses…

En tant qu’amateur de montres et non fin spécialiste, oserais-je affirmer que cette Ollech&Wajs me fait penser à d’autres marques, d’accord un peu moins visibles mais néanmoins expertes en leur domaine, comme la maison Doxa (ici), ZRC (ici) ou encore Triton (ici). J’espère que cette comparaison ne sera pas pour moi synonyme de couperet… l’avenir nous le dira.

Sortir des sentiers battus et vous donner l’envie d’en apprendre un peu plus sur certaines marques qui ont à leur tour apporté leur pierre à l’édifice horloger, c’est aussi ça le rôle de cette rubrique récurrente.

Quant à porter une tocante qui attirera la curiosité de votre entourage, c’est pour moi chose essentielle… et cette Ollech&Wajs OW C-1000 devrait sans aucun doute répondre à cette mission, tenez-le vous pour dit !!! A moins de croiser un érudit, qui ne manquera pas alors à vous féliciter pour ce choix ô combien éclairé !

Ollech & Wajs OW C-1000 : 1.359,15€

https://ow-watch.ch

Prix sous réserve – Photos : droits réservés

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s