ULYSSE NARDIN HOURSTRIKER PHANTOM

N’oubliez pas… tous les goûts sont dans la nature !

A quelques exceptions près, je dirais que les collections d’Ulysse Nardin semblent au premier coup d’œil évoquer un certain classicisme. Au premier coup d’œil…

Car c’était sans compter tout d’abord sur l’une ou l’autre surprise dévoilée lors des 2 dernières éditions du SIHH par cette jeune marque horlogère… créée pour rappel en 1846 et propriété aujourd’hui du groupe de luxe Kering (Gucci, Brioni, Pomellato, …)

Cette surprise se prénommait Freak en 2018 (ici) et Freak X cette année (ici) Mais ne nous attardons pas sur cette collection… pour la simple et bonne raison qu’à ce jour je n’ai toujours pas très bien compris la façon de lire l’heure sur ces modèles. Oh le batard comme diraient les jeunes… bon passons !

Ensuite et alors qu’il y a quelques heures encore, la marque dévoilait 4 nouvelles éditions limitées toutes plus intéressantes les unes que les autres, c’est une autre série limitée à 85 pièces qui a récemment attiré toute mon attention.

La raison ? La démarche freestyle qu’entreprend à cette occasion Ulysse Nardin, à savoir s’enfuir des sentiers battus en décidant de s’associer à une autre grande référence, musicale cette fois-ci, la marque française Devialet (ici). Une société spécialisée en ingénierie acoustique devenue en un peu plus de 10 ans l’une des plus iconiques références dans son domaine.

De l’esprit des ingénieurs et horlogers respectifs, est donc né tout « naturellement » dirons-nous un modèle… acoustique, une montre dite à sonnerie.

Le défi n’est pas mince puisque ce type de tocantes fait partie des grandes complications horlogères. Les plus célèbres maisons en proposent généralement au moins une au sein de leur catalogue. Breguet, Patek Philippe, Hublot mais aussi F.P. Journe (ici j’adore !) ou encore Jaeger-LeCoultre (ici j’adore aussi). Mais il vous faudra disposer d’un portefeuille bien garni, comptez en effet entre 150.000 et 1.200.000€ pour acquérir l’un de ces modèles !

Alors quand les 2 maisons décident de proposer un tel garde-temps à moins de 100.000€, cela relève d’un exploit supplémentaire.

Autre défi pour ce type de tocantes, arriver à reproduire le son parfait lorsqu’il vous plaira de faire sonner l’heure… à la demande. Mais dans le cas présent, les ingénieurs ont repoussé les limites afin de délivrer les meilleures performances jamais mesurées sur une montre à sonnerie… 85db ! Pour rappel le bruissement de feuilles équivaut à 15db, une moto située à 2m elle représente 87db, c’est vous dire…

Disposant d’une membrane semblable à celle figurant au sein d’un haut-parleur, à plus petite échelle bien évidemment, et d’un fond de montre perforé de 8 ouvertures offrant d’une certaine manière un espace d’amplification plus important, le son est alors libéré voir même sublimé. Une puissance sonore tout simplement inégalée à ce jour… pour une montre bien entendu.

Le dessin du cadran ? Un clin d’œil à la grille de protection du tweeter du Phantom de Devialet (ici) Quand on vous dit que la collaboration entre ces 2 maisons n’a rien laissé au hasard !

85 pièces… 85 décibels… Élémentaire mon cher Watson !

Ulysse Nardin Hourstriker Phantom : 72.500CHF

Prix sous réserve – Photos : droits réservés

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s